Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De Fils en Dentelles et Broderies
  • De Fils en Dentelles et Broderies
  • : "De Fils en Dentelles", née en 2005 fait découvrir et partager la passion de la dentelle, transmettre le savoir dentellier afin de sauvegarder ce patrimoine culturel : Torchon, Cluny, Danoise, Bayeux, Craponne, Lille.... Nous partageons aussi les passions personnelles de nos adhérentes : cartonnage, broderie traditionnelle, tapisserie à l'aiguille... et broderie Japonaise, ou « Nuido » Ainsi, depuis 2011, notre association se nomme : De fils en Dentelles et Broderies
  • Contact

Nos stages ouverts à tous

    Saison 2016- 2017

Cours au Centre Culturel Paul Eluard

14550 Blainville sur Orne

    Dentelle aux fuseaux

(Torchon, Cluny, Craponne, Danoise,

 Bayeux, Blonde de Caen)

  Mardi : 13H30 - 19H

Mercredi : 14H00 - 17H30

Jeudi : 14H00 - 17H30

 

 Possibilité de stage de 3 jours

dans l’année.

 

 

  Broderie Traditionnelle Japonaise

  Cours bimensuels à l’année :

Vendredi : 13h30 à 16h30 

 

 Stage de Broderie Japonaise « Nuido »

4 jours  Possibilité de fractionner le stage en

    2x2 jours

 Stage d’initiation à la Broderie Japonaise

 3 jours

 Prêt du matériel (métier, aiguille) pendant le stage

Tarifs donnés en nous contactant :

Contactez-nous au 02 31 95 46 13 !

Recherche

Tous à vos agendas !

    "De Fils en Dentelles et Broderies" vous propose des stages de Broderie japonaise.

Il est néanmoins possible de venir toute l'année ! (hors vacances scolaires). Le matin, vous serez seul(e) avec notre professeur et l'après-midi, vous serez intégré(e) au groupe des autres stagiaires. N'hésitez pas à nous téléphoner pour en savoir plus ! 

5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 12:40

C'est mercredi, en ce dernier jour du beau mois de Mai, que les dentellières et brodeuses de notre association se sont rendues à Villedieu-les-Poêles, histoire d'apprendre encore de nouvelles choses...

Tout d'abord, grâce à notre guide du matin : Mélanie, nous avons découvert un peu les origines de cette jolie cité normande. Les quelques hectares de terre qui allaient devenir Villa Dei furent alors donnés par Henri Ier Beauclerc aux chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, ordre militaire et religieux connu aujourd'hui sous le nom d'Ordre de Malte. La ville fut longtemps administrée directement par l'ordre et les habitants ne payaient pas d'impôts.

C'est devant la halle au blé que Mélanie nous apprend tout cela, avant de nous engager à la suivre à travers les rues de la bourgade.

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Ce n'est qu'en 1962, qu'on va rajouter à Villedieu la suite de son nom "-les-Poêles", savez-vous pourquoi ? C'est que cette petite ville était le centre de fabrication des poêles à bouillie en cuivre (bouillie de sarrasin, qui constituait l'essentiel de la nourriture des paysans autrefois).

La première étape nous emmène à l'église : L'église Notre-Dame, de style gothique a été érigée à partir du XIIIème siècle et entièrement reconstruit au XVème.

 

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Regardez ce plan ! Étonnant, n'est-ce pas, ce tracé tordu ? Les historiens en cherchent le pourquoi, mais ne sont pas d'accord :

Notre voyage à Villedieu les Poêles

En plus de l'orgue, classé aux Monuments Historiques, nous nous sommes intéressées aux vitraux qui rappellent tous les saints patrons des artisans de la ville. C'est ainsi que nous avons découvert, nous petites dentellières, qu'à Villedieu et sa région, ce n'est pas Jean-François Régis qui nous protège comme en Auvergne, mais la grand-mère de Marie : sainte Émérentiane :

Notre voyage à Villedieu les Poêles
Notre voyage à Villedieu les Poêles

On retrouve sur l'autel dentelle et cuivre "maison", ainsi que sur les fonts baptismaux.

Notre voyage à Villedieu les Poêles
Notre voyage à Villedieu les Poêles

De l'église, nous poursuivons en passant devant la fonderie de cloches si célèbre... jusqu'à la capitale ! Mais ce n'est pas le but de notre visite du jour.

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Mélanie nous emmène à travers ruelles et courettes dans l'histoire de Villedieu : autrefois tout était construit en bois et comme le feu n'est jamais très loin pour travailler le cuivre, les incendies étaient fréquentes et se propageaient allègrement grâce à ces étages en surplomb...

 

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Les ruelles montaient vers la place du marché, toujours encombrée ( d'où le nom "cohue") et descendaient vers la Sienne et le Bief, cours d'eau indispensables à la vie des habitants.

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Cours d'eau au bord desquels se trouvaient les pussoirs.... (les lavoirs)

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Cette cour va retenir notre attention. Mélanie nous explique comment on y vivait, dans celle-ci, comme dans les dizaines autres cours de la ville.

De nombreuses familles y habitaient ; le rez-de-chaussée était réservé aux ateliers des dinandiers. La dinanderie consiste à mettre en forme les métaux en feuille comme le cuivre, le laiton ou encore l'étain au moyen de différents outils dont principalement les marteaux. A l'étage, se trouvaient les logements des familles.

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Voici une photo d'époque montrant que les dinandiers et leur épouse travaillaient à l'extérieur dès que le temps le permettait : l'homme au martelage de ses poêles à bouillie et la femme à son carreau de dentelle.

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Comme dans l'église, le cuivre est partout présent dans la ville, les boutiques etc...

 

Notre voyage à Villedieu les Poêles
Notre voyage à Villedieu les Poêles

La matinée s'achève devant l'Hôtel de ville où Mélanie notre guide nous parle des armes de la ville : Ces armoiries sont une création librement interprétée à partir d'un vestige conservé à la mairie de Villedieu : une clef d'arc en granit armoriée et datée de 1696 provenant sans doute de l'ancienne commanderie.

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Après un repas en bonne compagnie, nous retournons à la "cour du foyer" rejoindre notre nouvelle guide : Virginie.

C'est elle qui nous explique en détail le métier de dinandier depuis la fonte du métal récupéré ( par les marchands ambulants car il n'y a pas de minerai de cuivre en Normandie) et recyclé(ici devant la maquette du foyer)... jusqu'à l'objet fini.

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Nous voilà maintenant dans l'atelier où sont réunis tous les outils du dinandier : d'abord des énormes pinces qui vont servir à découper en disque les feuilles de cuivre de plusieurs millimètres, puis toute une série de marteaux servant à la mise en forme proprement dite par des techniques de roulage, de cintrage, de pliage, d'emboutissage et de rétreinte...

Ces opérations de mise en forme peuvent être précédées ou entrecoupées de traitements thermiques spécifiques ayant pour but de restaurer l'aptitude du métal à la déformation

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Et là, je vous demande, chers lecteurs : "Pourquoi appelle-t-on les habitants de Villedieu-les-Poêles, les Sourdins ?"

C'est qu'ils tapaient toute la journée sur du métal dans des petites cours où le moindre bruit résonnait... ils tapaient à en devenir sourds, ces pauvres dinandiers...

Ils attrapaient aussi de drôles de maladies dues à l'oxyde de cuivre qui leur rendaient les dents, les cheveux.... verts !

Tout cela pour créer ces objets uniques : de la simple poêle à bouillie à la girouette de l'église :

 

Notre voyage à Villedieu les Poêles
Notre voyage à Villedieu les Poêles
Notre voyage à Villedieu les Poêles
Notre voyage à Villedieu les Poêles

A l'étage, dans le logement, on retrouve ces objets magnifiques

Notre voyage à Villedieu les Poêles
Notre voyage à Villedieu les Poêles
Notre voyage à Villedieu les Poêles

On découvre aussi le travail des femmes : pour pouvoir "mettre du beurre dans les épinards", quelques 600 à 700 Sourdines (contre environ 300 dinandiers) travaillaient à leur carreau.

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Et puis, comme elles ne gagnaient "pas gras", elles vendaient aussi leurs cheveux et c'est ainsi qu'à Villedieu-les-Poêles, on trouve de la dentelle aux cheveux... encore une découverte pour nous, dentellières du XXIème siècle.

Notre voyage à Villedieu les Poêles

Merci de votre accueil les Sourdins et Sourdines !

Merci de vos explications Mélanie et Virginie !

A bientôt chers lecteurs...

Partager cet article

Repost 0
Published by defilsendentelles - dans divers
commenter cet article

commentaires

Jauneyris 12/06/2017 11:56

merci pour cette agréable promenade reportage !!

Sigrid 11/06/2017 16:04

Merci pour cette visite !
Qu'a fait Emérentiane pour être la patronne des dentellières ?

De fils en dentelles 13/06/2017 07:56

D'abord merci de votre intérêt à notre blog.
Après recherches, nous n'avons trouvé aucune relation entre Ste Émérentiane et la dentelle... Ce n'est d'ailleurs pas la mère de Ste Anne (donc grand-mère de Marie et arrière-grand-mère de Jésus) comme nous l'a dit la guide, mais c'est la sœur de Ste Agnès... On se demande d'où sort cette légende...