Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De Fils en Dentelles et Broderies
  • De Fils en Dentelles et Broderies
  • : "De Fils en Dentelles", née en 2005 fait découvrir et partager la passion de la dentelle, transmettre le savoir dentellier afin de sauvegarder ce patrimoine culturel : Torchon, Cluny, Danoise, Bayeux, Craponne, Lille.... Nous partageons aussi les passions personnelles de nos adhérentes : cartonnage, broderie traditionnelle, tapisserie à l'aiguille... et broderie Japonaise, ou « Nuido » Ainsi, depuis 2011, notre association se nomme : De fils en Dentelles et Broderies
  • Contact

Nos stages ouverts à tous

    Saison 2016- 2017

Cours au Centre Culturel Paul Eluard

14550 Blainville sur Orne

    Dentelle aux fuseaux

(Torchon, Cluny, Craponne, Danoise,

 Bayeux, Blonde de Caen)

  Mardi : 13H30 - 19H

Mercredi : 14H00 - 17H30

Jeudi : 14H00 - 17H30

 

 Possibilité de stage de 3 jours

dans l’année.

 

 

  Broderie Traditionnelle Japonaise

  Cours bimensuels à l’année :

Vendredi : 13h30 à 16h30 

 

 Stage de Broderie Japonaise « Nuido »

4 jours  Possibilité de fractionner le stage en

    2x2 jours

 Stage d’initiation à la Broderie Japonaise

 3 jours

 Prêt du matériel (métier, aiguille) pendant le stage

Tarifs donnés en nous contactant :

Contactez-nous au 02 31 95 46 13 !

Recherche

Tous à vos agendas !

    "De Fils en Dentelles et Broderies" vous propose des stages de Broderie japonaise.

Il est néanmoins possible de venir toute l'année ! (hors vacances scolaires). Le matin, vous serez seul(e) avec notre professeur et l'après-midi, vous serez intégré(e) au groupe des autres stagiaires. N'hésitez pas à nous téléphoner pour en savoir plus ! 

23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 08:20

Ou devrais-je dire "les dentellières à Calais" ?

Vendredi, les copines dentellières se sont retrouvées et c'est sous le ciel bleu du Pas-de-Calais que nous avons quand même trouvé Calais :

054

Quelle chance ! Ils viennent de rénover le beffroi qui va être inauguré ce week-end : il est superbe !

055

Mais, en réalité, ce n'est pas lui que nous sommes venues visiter, mais la Cité internationale de la Dentelle et de la mode de Calais.

Ils ont installé cette "cité" dans une ancienne manufacture de dentelle de la fin du XIXème siècle, qu'ils ont joliment réhabilitée, en y édifiant une façade de verre sérigraphiée reproduisant les cartons Jacquard et évoquant les courbes féminines :

056

La partie ancienne a été aussi "reprogrammée" avec succès, mais on peut toujours y observer l'architecture caractéristique, en U, la quatrième côté abritant une immense machine à vapeur qui fournissait l'énergie à l'ensemble de l'usine "collective". En effet, le propriétaire des murs et de la motrice louait ses ateliers à de nombreux fabricants :

057

Les pigeons n'ont plus à avoir peur de cette grosse machine à vapeur !005

 Mais, suivons le guide, en commençant par le commencement...

058

Un peu d'Histoire...

La première salle était consacrée à cette pratique ancestrale, née au XVIème siècle :

Dentelle à l'aiguille nous venant d'Italie

059

Dentelle aux fuseaux nous venant des Flandres

060

Extrêmement coûteuse, la dentelle devient vite l'apanage des nobles dont elle symbolise le pouvoir et la richesse : Les hommes sont tout particulièrement friands des ces artifices pour lesquels ils n'hésitent pas à se ruiner. C'est Colbert qui fait venir en France des dentellières italiennes et flamandes, qui nous apprendront leur savoir-faire... mais les dentelles coûtent toujours trop cher, alors que les dentellières sont toujours très pauvres ...

ça, c'est le point de France :

061

Voici quelques magnifiques réalisations de ces époques, avant que nous n'entrions dans le vif du sujet :

062

 

063

 

064 065

066

Un peu de technique...

En Angleterre, ils avaient déjà inventé un métier à fabriquer le tulle. Ce métier fut importé clandestinement en France et débarqua une nuit à Calais... ville qui ne possédait pas alors de spécialité dentellière. Les Anglais, nous apprirent à s'en servir, mais en plus, les Calaisiens y adaptèrent un système Jacquard : C'était la naissance de la fameuse dentelle "Leavers" dont les fils sont noués

Voilà un carton Jaquard

067

Dans la salle des machines, nous avons tout compris de cette époque industrielle ( en premier lieu installée à Calais même) , les bourgeois de la vieille cité n'aprouvaient pas car le bruit des machines tournant 24H/24 les empêchait de dormir : le site fut déplacé dans le village d'à côté : St Pierre-lès-Calais qui se développa tant que Calais demanda à fusionner avec lui à la fin du siècle !

068

Revenons aux 4 métiers "Leavers" que nous avons vu fonctionner : les cartons Jacquard sont traversés de tiges métalliques transmettant le mouvement au métier :

069

070

Un seul homme (remplaçant des milliers de dentellières) surveille le bon déroulement du travail ; ce qui m'a frappée, c'est qu'au contraire de nous qui devons toujours avoir les mains très propres, les siennes sont noires de graphite : produit qui lubrifie la machine. Dès qu'un fil casse, il arrête la machine et recherche le fil, avec un crochet, il le replace et c'est reparti !

071

 Il en sort une dentelle toute grise (comme les mains du tulliste !)... et c'est ça qui sert à faire toute la lingerie distinguée que portent les top modèles.... et les autres modèles.

Autour du tulliste gravite une trentaine de professions différentes :

1) l'esquisseur, qui dessine les motifs à la main (flèche rouge), mais de plus en plus à l'ordinateur (flèche bleue). Ce modèle de dentelle deviendra un soutien-gorge.

072

2) le dessinateur transforme le dessin en chiffres, en faisant des mesures très précises  (flèche verte)

3) le poinçonneur (il n'y en a plus qu'un, car c'est aussi une tâche informatisée) perce les cartons Jacquard en fonction des chiffres du dessinateur (flèche rose)

073

Au XIX è siècle, ces emplois étaient occupés par des hommes qui en recevaient un bon salaire.

Puis, il y a tous les petits métiers de préparation que je n'ai pas tous notés (ils étaient réservés aux femmes et aux enfants et étaient, bien entendu, sous-payés). C'est le travail des bobineurs(euses), des moulineurs(euses) qui préparent les couples chariots-bobines(flèche jaune), qui seront ensuite installés dans la machine :

074  075

 

076

 077

On retrouve dans ce passage en machine, occupant le  passeur de chaîne, le wheeleur, le tulliste, les motifs de la dentelle qui fera des soutien-gorge :

078

 

A la sortie de la machine, d'autres métiers sont indispensables : écailleuse, racommodeuse, découpeuse…

Ici, il faut commencer par repérer tous les défauts pour les racommoder :

079

 Ensuite, il faut laver la dentelle pour en ôter le graphite, la blanchir, la teindre si besoin, la rebroder... et ça occupe encore bien des ouvriers !

 080

 Je ne peux pas résister à vous montrer d'autres belles réalisations, de différentes époques, fabriquées en dentelle de Calais

081

083

084

J'ai retenu aussi cette coiffe de Courguinoise (femme de pêcheur de Courgain), dont je vous raconterais bien l'histoire, mais ça prendrait trop de temps :

082

Alors, avant de partir à la recherche des bourgeois de Calais, je vous livre des idées contemporaines autour de la dentelle : après la dentelle à l'aiguille, la dentelle aux fuseaux, la dentelle à la machine, voici la dentelle aux ciseaux :

des robes en papier :

085

086

 un rouleau à ne pas utiliser :

004

 

Après la visite, le repas pris sur place, entre dentellières:

 

001

002  006

007

Ah ? Mais, tiens ? Les voilà nos bourgeois ! Bien dommage qu'il n'y ait pas encore, à leur époque, de dentelle à offrir au roi d'Angleterre au lieu de leur vie ...

003

Partager cet article

Repost 0
Published by defilsendentelles - dans defilsendentelles
commenter cet article

commentaires

jauneyris 28/10/2011 15:23



merci Annette pour ce reportage bien documenté, ce fut une belle journée!!



beatrice 24/10/2011 10:36



Ils ont été, jusqu'à mettre de la dentelle au plafond, du restaurant.chapeau.


Cela a du être, un ravissement pour les yeux, et le coeur, ce voyage.



stefi 24/10/2011 09:44



merci pour cette visite qui nous permets de découvrir ce musée si riche en histoire de la dentelle  . J'espère pouvoir le visiter moi aussi mais c'est un peu loin de chez moi !


bonne journée



Marie83 23/10/2011 20:17



Que de belles choses, merci de nous faire partager ce surperbe reportage !



Martine Lemaire 23/10/2011 19:48



Quelle belle visite et quel beau reportage, merci à vous de nous faire rêver, continuez, on en redemande